PRESENTATION DE L'AGRICULTURE ET LA FORET EN HAUTE-SAÔNE

La Haute-Saône : un département rural

La Haute-Saône compte actuellement 245 000 habitants. Au dernier recensement de 1999, 56 % de la population résidait dans des communes rurales.

L'agriculture et la forêt se partagent le territoire

La surface agricole utilisée du département (SAU) occupe 257 000 hectares soit 48 % du territoire.

 

 

Le taux d'occupation de la forêt est de 42 % soit 227 000 hectares:

 

Un nombre d'installations stable

Sur les cinq dernières années, le nombre d'installations est relativement stable avec 50 installations en moyenne par an.
80 % des jeunes s'installent sur des exploitations de type polyculture-élevage.
Trois quarts de ces exploitations se font sous forme sociétaire, essentiellement en GAEC (Groupement agricole d'exploitation en commun).
Les jeunes issus de milieu non agricole représente un tiers des installations.

Les actifs sur l'exploitation agricole

5400 personnes travaillent dans les exploitations agricoles.
La main d'œuvre familiale représente 90 % des actifs.

Une augmentation rapide de la taille des exploitations

La Haute-Saône compte 2800 exploitations dont un peu plus de 1700 exploitations professionnelles.
La surface moyenne de ces exploitations, actuellement de 90 hectares, est en constante augmentation.

Des hommes compétents, organisés, dynamiques

Le département compte près de 800 exploitations sous forme sociétaire, dont environ 400 GAEC. Ces regroupements permettent de contenir les charges de structures et surtout de mettre en place de meilleures conditions de travail.
Le développement des CUMA traduit la même volonté.

Les huit établissements d'enseignement agricole du département contribuent à l'amélioration régulière du niveau de formation des agriculteurs.

  

Un développement remarquable des grandes productions depuis 1983

Grandes cultures et innovation

Ce secteur produit près de 6 millions de quintaux de céréales et oléagineux soit plus de 50 % de la production franc-comtoise. Il a connu au cours des dernières décennies un fort développement et une grande spécialisation.
Les techniques de production et les rendements obtenus placent l'ouest et le sud du département à l'égal des grandes zones céréalières.

La coopérative Interval, collecte à elle seule environ 600 000 tonnes de céréales soit la majeure partie de la production départementale et aussi régionale.
Par ailleurs, Interval conduit une politique dynamique sur le chanvre et sa valorisation (plasturgie, habitat...)

 

Lait et production fromagère

La Haute-Saône a connu une très importante restructuration de l'appareil de production, notamment depuis l'instauration des produits laitiers.
Les 1030 livreurs actuels produisent autant que les 3500 de 1983.

De la même façon, le niveau de technicité des éleveurs n'a cessé de progresser.
Ainsi, le lait des adhérents du Contrôle laitier représente 80 % de la collecte totale.
D'une qualité exceptionnelle permettant entre autres la production de fromages IGP ou AOC, le lait est issu, pour 4 animaux sur 5, de la race Montbéliarde (la Haute-Saône faisant partie du berceau de la race).

Les chiffres du lait

Livraisons à l'industrie : 2.700 000 hl
Nombre de livreurs : 1030
Taux de matière grasse : 40 g/l
Taux de matière protéique : 34 g/l

Cheptel et production de viande

Au fur et à mesure que le troupeau laitier diminuait suite aux limitations de production imposée par les quotas, les agriculteurs ont mis en place un troupeau allaitant conséquent.
Le département est passé de 8000 vaches allaitantes en 1983 à environ 28000 aujourd'hui.

Effectifs des animaux

Veaux de boucherie : 4 400
Total bovins : 201 150
• Dont vaches laitières : 49 100
• Dont vaches allaitantes : 27 700
Porcins : 33 845
Ovins : 41 40

 

La production des jeunes bovins demeure encore aujourd'hui une spécialité importante de notre zone.
Deux abattoirs (Vesoul et Luxeuil) réalisent un tonnage total proche de 8 000 tonnes. Un projet de création d'un nouvel abattoir est à l'étude afin de satisfaire aux nouvelles règles européennes.
L'élevage porcin, s'il est performant, reste insuffisant pour satisfaire aux besoins de consommation. La partie « naisseur » reste une priorité à développer.
L'élevage ovin, quoique caractérisé par la grande taille de ses troupeaux, est toutefois encore trop peu représenté.

 

La production agricole départementale

La production agricole départementale (subventions sur les produits agricoles comprises) est estimée à 400 millions d'euros.

 

Les droits à produire départementaux

Référence laitière : 2 900 000 hl
Primes vaches allaitantes : 20 000 têtes
Primes à la brebis : 28 000 têtes

 

Des industries agricoles et alimentaires performantes pour les produits laitiers

Ce secteur est performant notamment en ce qui concerne les produits laitiers.
Emmental Grand Cru, Cancoillotte, Munster AOC, Gruyère (en cours de reconnaissance IGP), pâtes molles haut de gamme, lactosérum déminéralisé pour l'alimentation diététique et infantile (Eurosérum implanté à Port-sur-Saône), représentent le fleuron de l'agro-alimentaire départemental.
La salaisonnerie s'illustre également avec le « Véritable jambon de Luxeuil ».

 

Une diversification limitée mais efficace

La diversification est présente sous plusieurs formes : élevages ovins, caprins, porcins, activités de transformation et de vente directe, agritourisme (fermes-auberges, visites et goûters à la ferme), productions spécifiques (volailles, truffe, productions fruitières, miel, vins de pays, horticulture et kirsch AOC)

Certaines entreprises, notamment des pépiniéristes, développent une importante activité de recherche et de partenariat avec l'étranger.
A la croisée des quatre grandes zones viticoles, Champagne, Alsace, Bourgogne et Jura, la Haute-Saône a su redonner vie à son passé viticole grâce à la production des « Vins de pays de Franche-Comté » : 120 hectares de vigne sont exploités essentiellement dans le sud-ouest du département.

 

Source: Draaf de Franche-Comté - Agreste 2007-2008

 

Mentions légales | Plan du site |  Coordonnées    |  RSS